Aéma Groupe signe et s’engage contre le sexisme dit « ordinaire » en entreprise

Le 25 janvier, lors de la journée nationale de lutte contre le sexisme, Aéma Groupe, acteur majeur de l’ESS, a pris un engagement fort contre le sexisme dit « ordinaire » en entreprise en rejoignant l’initiative #StOpE.

Déjà signé par Abeille Assurances dès son lancement en 2018, cet engagement vient confirmer la volonté du groupe et de ses marques de lutter contre les manifestations de sexisme dit « ordinaire » en entreprise. 

Aéma Groupe se positionne aux côtés de 200 autres organisations, entreprises et associations et réaffirme ainsi son engagement de long terme à promouvoir le respect et la reconnaissance des femmes et des hommes au travail, tout en favorisant l’égalité professionnelle. Cette démarche s’est notamment déjà concrétisée au travers du score de 93/100 obtenu par Aéma Groupe en 2023 à l’index égalité femmes/hommes.

Cette initiative est coordonnée par l’Association Française des Managers de la Diversité et placée sous le haut patronage du Ministère délégué chargé de l’Égalité entre les femmes et les hommes et de la Lutte contre les discriminations. Elle définit 8 engagements prioritaires à déployer et constitue un espace de partage précieux pour faire bouger les lignes.

En tant qu’acteur majeur de l’ESS, la démarche #StOpE s’inscrit dans la continuité des engagements de toutes les marques d’Aéma Groupe. Elle résonne fortement avec les valeurs d’éthique et de prévenance intrinsèques au mutualisme que le groupe a à cœur de promouvoir depuis sa création. Cet engagement renforce la position d’Aéma Groupe en tant qu’acteur engagé pour l’égalité et le respect en entreprise. 

En savoir plus

Hausse des sinistres climatiques : l’heure des choix de société

Découvrez, ou redécouvrez, la Tribune d’Adrien Couret dans le magazine News Assurance Pro sur le Bilan 2023 de l’assurance.

Sécheresse, tempêtes, inondations… Ces deux dernières années nous ont montré que nous
entrons dans une ère où ce qui était autrefois exceptionnel devient désormais la norme. Dans ce monde nouveau, l’assurance devient un sujet politique et social majeur. Face à ce changement de cycle, notre secteur traverse actuellement une crise sévère et, avec lui, le système de protection, qui peine de plus en plus à répondre aux besoins croissants des Français. En cause, d’abord, les événements climatiques et la spectaculaire hausse de la sinistralité qu’ils entraînent. Les chiffres parlent d’eux-mêmes : en 2023, le coût des catastrophes naturelles a dépassé 100 milliards de dollars dans le monde pour la quatrième année consécutive. En France, les tempêtes Ciaran et Domingos, pour ne citer qu’elles, ont occasionné à l’automne dernier 517 000 sinistres pour une facture de 1,3 milliard d’euros. Sans parler des inondations de décembre et janvier dans le Nord, qui ont causé des dégâts considérables dans plusieurs centaines de communes.

L’ampleur des dégâts causés par le changement climatique et la fréquence de ces événements se voient croissants. Et si les assureurs sont en première ligne pour accompagner les sinistrés face aux effets dévastateurs du changement climatique, c’est bien là leur raison d’être, ils ont aussi un rôle décisif à jouer dans la lutte contre ses causes, en amont et en prévention. Dans les années à venir, nous verrons cette sinistralité augmenter sans cesse.

Pour l’assurance, c’est plus qu’un changement de cycle : c’est une rupture. Elle nous heurte de plein fouet et s’ajoute à une conjoncture déjà difficile, entre l’inflation qui touche tout ce que nous réparons, des pièces de rechange automobiles aux tuiles, et le récent transfert de charges de la sécurité sociale. Et la hausse des taux d’intérêt est loin de compenser cet envol structurel des coûts. De fait, depuis 2022, les charges des assureurs sont supérieures à leurs ressources.

Besoins de protection en hausse, ressources des assureurs en baisse… Une équation dangereuse au résultat très simple : augmentation du coût de l’assurance et remise en cause de l’assurabilité de certains risques. Dans les prochaines années, de plus en plus de familles et d’entreprises seront confrontées au
recul de l’offre d’assurance dans les territoires. Aux États-Unis, les assureurs se retirent déjà de certaines
zones. En France, le gouvernement vient de lancer une mission sur l’assurabilité des collectivités locales. Elle confirmera certainement qu’à l’ère du changement climatique, la question de l’aménagement du territoire est un enjeu majeur. Un sujet où, en tant qu’assureur, notre rôle est d’alerter, de pointer les
anomalies ou encore les besoins, mais, dont les prises de décision ne nous reviennent pas. Comme
celles de faire cesser certaines constructions sur des zones à risques, ou encore, celles de freiner
l’artificialisation des sols, dont on connaît les effets désastreux en cas d’inondation.

Dans ce contexte périlleux, le rôle d’amortisseur social des assureurs est plus crucial que jamais. D’autant qu’au changement climatique s’ajoutent d’autres facteurs qui mettent en danger notre système de protection, à commencer par un vieillissement démographique d’une rapidité sans précédent. Entre
2020 et 2030, le nombre de Français âgés de 75 à 84 ans aura crû de 2 millions. En 2040, un tiers de la population aura plus de 60 ans, entraînant une inflation inédite des dépenses de santé, à laquelle s’ajoute l’envol des maladies chroniques.

Sinistres climatiques, hausse des dépenses de santé, vieillissement… Dans ces circonstances, l’assurance est, plus que jamais, un produit de première nécessité. Pourtant, garantir à tous une protection de qualité n’est pas négociable. C’est la raison d’être d’Aéma Groupe, en tant qu’acteur mutualiste ; c’est aussi ce qui nous a incités, comme beaucoup d’autres assureurs, à contenir la hausse de nos tarifs ces deux dernières années et préserver le pouvoir d’achat de nos assurés. Pour autant, cette situation n’est pas tenable à long terme. Alors, comment redresser la barre et sauvegarder notre système de protection ?

D’abord, en anticipant mieux les risques futurs et en nous livrant collectivement à un nécessaire exercice de prospective. Le secteur le sait et s’y attelle déjà. Mais surtout, en construisant ensemble un meilleurpartage du sort. Les assureurs ne peuvent continuer à jouer seuls leur rôle d’amortisseur. Repenser le modèle économique de l’assurance relève de la responsabilité de tous les acteurs, privés comme publics. Chacun doit prendre sa part. La réassurance, en premier lieu, dont l’intervention réduite depuis 18 mois fragilise fortement les assureurs. Mais aussi les pouvoirs publics, évidemment, car ils portent une responsabilité majeure en matière de gestion des risques, notamment par le biais du régime CATNAT ou de la cartographie préventive des risques. Sur toutes ces questions et, plus largement, sur le partage des responsabilités, il est temps d’engager un dialogue transparent si nous voulons continuer à garantir au plus grand nombre la meilleure protection possible.

Assureurs, entreprises, acteurs publics… Nous partageons tous le même objectif : construire pour le futur et pour nos enfants une société plus juste et plus durable. C’est précisément ce choix de société qui se joue aujourd’hui autour de l’assurance, véritable impératif de justice sociale. Elle que l’on présente depuis des décennies comme une simple commodité apparaît à nouveau, à la faveur des crises que nous traversons, comme ce qu’elle n’a jamais cessé d’être : une nécessité, individuelle et collective. Et surtout pas un luxe.

Aéma Groupe c’est trois ans de solidarité, d’ouverture et d’action

Depuis trois ans, Aéma Groupe s’est engagé dans une mission de solidarité, d’ouverture et d’action, protégeant plus de 11 millions de Français au quotidien. En 2024, face aux évolutions du monde et à l’émergence de nouvelles vulnérabilités, le mutualisme a plus que jamais des choses à dire et à accomplir.

Les nouveaux besoins de protection appellent de nouvelles solutions : collectives, humaines et engagées. C’est dans cette optique que le modèle inédit d’Aéma Groupe a été pensé. En réunissant des marques complémentaires – Macif, AÉSIO mutuelle, Abeille Assurances, Ofi Invest – nous mettons notre force économique au service de l’humain.

Aujourd’hui, nous donnons la parole aux actes avec la même conviction d’assureur, d’entreprise et d’investisseur activiste. Nous témoignons de notre détermination à faire bouger les lignes en faveur d’une meilleure protection.

Ensemble, éclairons et construisons l’avenir.

Manifeste Aéma Groupe
Voir toutes nos actualités

Aéma Groupe : une ascension fulgurante dans le classement des groupes d’assurance français

Aéma Groupe a réalisé une progression impressionnante dans le classement annuel des 20 premiers groupes d’assurance français publié par L’Argus de l’assurance, en collaboration avec Mazars. Seulement trois ans après sa création, Aéma Groupe est passé de la 12ème place en 2021 à la 4ème place aujourd’hui. Cette ascension fulgurante confirme la pertinence d’Aéma Groupe en tant que groupe mutualiste.

L’année écoulée a été marquée par de belles victoires pour Aéma Groupe, qui continue de s’imposer comme un acteur majeur de l’assurance en France. Le groupe peut être fier de ces réalisations et se tourner vers l’avenir avec optimisme.

Une ascension fulgurante qui confirme la pertinence d’Aéma Groupe en tant que groupe mutualiste.

Retrouvez l'ensemble des élèments
Voir toutes nos actualités

La gouvernance mutualiste comme réponse aux enjeux climatiques

Changer la gouvernance des entreprises est un facteur décisif pour aborder la transition climatique. Adrien Couret, le directeur général d’Aéma Groupe, qui réunit la Macif, AÉSIO mutuelle, Abeille Assurances et Ofi Invest, estime qu’il faut injecter une dose d’Économie Sociale et Solidaire – ESS – dans les conseils d’administration pour assurer un engagement collectif.

Découvrez l'interview d'Adrien Couret
Voir toutes nos actualités

Aéma Groupe et ses marques s’engagent pour la biodiversité

Aéma Groupe et ses marques partagent une ambition commune : unir leurs forces pour protéger le vivant. Ainsi, une série d’actions concrètes sont déployées pour préserver la biodiversité.
Voici un aperçu de leurs initiatives récentes et continues :

– l’appel à réduire l’utilisation d’emballages en plastique
À la demande de la Macif et de son partenaire Surfrider Foundation Europe, Ofi Invest Asset Management, filiale d’Ofi Invest, s’est associé à 184 investisseurs pour lancer un appel urgent à réduire l’utilisation intensive d’emballages en plastique. C’est une priorité absolue, alors que 250 000 tonnes de plastiques flottent actuellement à la surface des océans.

– webinaires sur la grande thématique de la biodiversité
Macif organise régulièrement des webinaires sur diverses thématiques liées à la biodiversité tout au long de l’année. Ces sessions sont une excellente occasion pour les participants d’apprendre et de comprendre comment ils peuvent notamment contribuer à la préservation de la vie marine, en réduisant leur consommation de plastique. Ces webinaires fournissent toutes les clés pour agir au quotidien.

– préservation de la forêt
Sur la terre ferme, AÉSIO mutuelle s’engage à préserver la forêt en soutenant une action de plantation menée par l’ONF – Office National des Forêts – dans la forêt domaniale de Secondigny, reconnue pour la qualité de ses chênes.

– partage des savoirs pour ralentir le réchauffement planétaire
Préserver la biodiversité, c’est aussi tout faire pour ralentir le réchauffement planétaire, et cela passe par le partage des savoirs. Depuis plusieurs mois, Abeille Assurances sensibilise ses collaborateurs aux enjeux climatiques, en leur proposant de découvrir la Fresque du Climat ou encore en conviant l’hydrologue Emma Haziza à les former sur le dérèglement du cycle de l’eau.

Ces actions se font écho au service d’un combat commun, aujourd’hui comme tous les autres jours !
En tant qu’assureur et investisseur responsable, Aéma Groupe est déterminé, avec ses marques, à agir pour la protection de la biodiversité.

15 projets sociaux et environnementaux soutenus par Aéma Groupe

En septembre 2022, le groupe émettait une obligation durable de 500 millions d’euros destinée à financer des projets sociaux et environnementaux alignés avec ses engagements : bâtiments durables, protection des océans et forêts, énergies renouvelables, logements sociaux pour les populations fragiles…

Un an plus tard, Aéma Groupe dévoile son 1er rapport annuel témoignant de l’impact des actions soutenues :

Au total, ce sont 15 projets durables d’envergure qui ont ainsi pu être soutenus, en France et en Europe.

Chez Aéma Groupe, être activiste pour un monde plus juste et responsable, c’est avant tout évaluer avec précision les résultats de nos engagements pour progresser en permanence vers un avenir plus soutenable.

Retrouvez le rapport obligation durable 2023

En savoir plus sur nos combats
Voir toutes nos actualités

Aéma Groupe : un acteur clé de l’ESS et de l’entrepreneuriat féminin

Le 29 novembre dernier, Aéma Groupe a organisé, dans le cadre du mois de l’Économie Sociale et Solidaire, un live dédié à l’ESS et à l’entrepreneuriat féminin, deux sujets étroitement liés.

L’ESS, conjuguant performance économique, sociale et environnementale, est un modèle qui a fait ses preuves. Ce modèle est capable de répondre aux grands défis de notre époque et, demain, peut – et doit – devenir la norme.

C’est pourquoi l’ESS doit être exemplaire en matière de représentativité, à commencer parmi ses dirigeants. La diversité de ces derniers doit refléter celle de la société. C’est un sujet sur lequel des progrès importants restent à faire.

Pour en discuter, plusieurs intervenants étaient présents :

L’ESS a déjà démontré que la recherche de profit est compatible avec la responsabilité sociale et environnementale. Aider ce modèle à tracer la voie vers une meilleure représentativité contribue à une société plus juste et durable.

Ce live a été une occasion de mettre en lumière ces enjeux et de réfléchir aux moyens d’y parvenir.

Replay de l'évènement
Voir toutes nos actualités

Aéma Groupe soutient un système de santé durable

​Dégradation de l’accès au soin, inégalités territoriales, hausse des dépenses santé…
Comment assurer la pérennité de notre système de santé ?

87 % de la population française vit dans un désert médical.
En moyenne, nous disposons de 147 médecins pour 100 000 habitants.

Deux chiffres, révélés par le deuxième baromètre santé et social de la FNMF – Fédération Nationale de la Mutualité Française – et de l’Association des maires de France et des présidents d’intercommunalité.

Des chiffres qui viennent s’ajouter à l’appel de Thomas Saunier, directeur général de Malakoff Humanis, Thierry Derez, directeur général de Covéa, Nicolas Gomart, directeur général du groupe Matmut, Tanguy Polet, PDG de Swiss Life France, et Adrien Couret, directeur général d’Aéma Groupe, tous signataires d’une même tribune publiée dans l’Opinion.

Collectivement, ils rappelent le rôle crucial des assureurs pour que la protection santé puisse non seulement fonctionner efficacement, mais aussi rester accessible.

« Nous gagnerions à mettre autour de la table pouvoirs publics, assureurs, professionnels de santé, patients, industriels de la santé », résume Adrien Couret, directeur général d’Aéma Groupe.

Notre responsabilité est collective.
Pour construire l’avenir, les solutions apportées devront l’être également.

En savoir plus

Voir toutes nos actualités

Aéma Groupe dévoile son plaidoyer ESS

Engager la société au service du vivant : un objectif qu’Aéma Groupe décrit dans son plaidoyer !

Pour relever les défis d’une époque marquée par une multiplication des risques, il est urgent d’adopter un nouveau modèle de développement, qui mette réellement l’économie au service du vivant. Ce modèle existe déjà : l’Economie Sociale et Solidaire.

Parce qu’Aéma Groupe est convaincu du potentiel de l’ESS, un plaidoyer lui a été consacré.
Les propositions ont été formulées autour de trois axes :

encourager la représentation citoyenne au sein des instances de décision des entreprises, pour les inciter à passer d’une gouvernance par le profit à une gouvernance par la responsabilité ;

accélérer l’entrepreneuriat local et durable en sécurisant le financement des acteurs et dispositifs publics locaux au service du développement territorial de l’ESS ;

financer les transitions au service du vivant en fléchant encore davantage l’épargne des Français vers des projets d’investissements verts et solidaires.

En tant que mutualiste et acteur majeur de l’ESS, Aéma Groupe entend promouvoir la vision entrepreneuriale et activiste de l’ESS.

Persuadé des atouts d’une gouvernance démocratique et représentative poursuivant une utilité sociale, sociétale et environnementale et une recherche de performance économique mise au service de l’humain, Aéma Groupe pése de tout son poids pour faire rayonner ce modèle auprès du plus grand nombre.
Et, ainsi, donner à d’autres acteurs publics et privés l’envie de l’adopter à leur tour, pour que celui-ci irrigue et oriente l’ensemble de notre économie.

En savoir plus sur le Plaidoyer ESS Aéma Groupe
Voir toutes nos actualités